Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Atelier Coaching
La carrière
Les Actualités
Les Publications

élections au Conseil d’Administration

© pixabay.com - vote

Voici une nouvelle année scolaire qui commence, avec tout ce que cela comporte de travail intensif et de rythme endiablé, avec son lot de bonnes et moins bonnes surprises (emploi du temps, découverte – plus ou moins heureuse – de la constitution des classes et des groupes, prise en charge des élèves, etc…). Bref, les préoccupations sont légion.

Ce démarrage sur les chapeaux de roues ne doit toutefois pas faire oublier aux collègues, lesquels sont surtout – et c’est compréhensible – accaparés par leurs cours et leurs classes en cette période de rentrée, un autre paramètre, au moins aussi important, et qui se joue, lui aussi, en début d’année scolaire : les élections au Conseil d’Administration de leur établissement.

D’aucuns hausseront les épaules ou soupireront : « Bof, le CA ? Pas le temps pour ça ! » Ou encore : « A quoi bon ? » Las !… Fatale erreur ! En effet, le Conseil d’Administration est l’instance de décision de l’établissement : ce qui y est voté doit donc être appliqué ! Être membre du Conseil d’Administration s’avère fort utile pour se tenir au courant des décisions prises, et surtout empêcher les dérives (telles les suppressions de postes, mais aussi de divisions, des curiosités dans les modalités d’évaluation des élèves, ou encore dans l’élaboration des groupes de classes, des options, etc…)

Qui ne s’est pas déjà laissé surprendre par une nouvelle mesure, votée en toute légalité (parfois, en toute discrétion – ou très rapidement …) au CA, et dont il n’avait eu vent, jusqu’à ce qu’elle s’impose à lui ? Celui-là aura beau s’insurger, la belle affaire : il est trop tard ! Il va bien falloir faire avec…
Seule solution pour peser : siéger au CA, lire les compte-rendu, connaître l’ordre du jour.
Car si vous n’y prenez garde, d’autres collègues, adeptes des compromissions de tout poil, pourraient aller se ranger sur certaines « listes d’union » dans le but de siéger au CA uniquement pour plaire à leur chef d’établissement, et avoir un meilleur avancement…
Comment se démarquer de ce servum pecus et sortir de son influence néfaste ?

Monter une liste SNALC ! Deux noms suffisent ! Voir guide de l’élu en Conseil d’Administration : https://www.snalc.fr/national/article/414/
Certes, cela implique un certain courage et des convictions que de se mettre en avant et de prendre ainsi position. Mais qui sait ? Les collègues vous regarderont alors différemment, et pourront constater que vous participez à un élargissement du débat démocratique au sein de votre établissement (qui dit plusieurs listes, dit plus de choix !)
Cela n’est pas pour vous ? Qu’importe ! Voici quelques conseils dont la mise en pratique est à portée de tous :
Lire les compte-rendu du CA

Vous ne vous sentez pas les épaules pour ouvrir une liste SNALC ? Qu’à cela ne tienne ! Lisez les compte-rendu du CA ! Dès qu’ils sont publics, c’est-à-dire au plus tard une quinzaine de jours après la tenue du CA, faites-les circuler en salle des profs (un exemplaire du compte-rendu doit se trouver à la portée des personnels, c’est la règle ; s’il n’y est pas, demandez à le lire et à ce qu’il soit accessible aux collègues, vous y avez droit.)

Faites parler autour de vous!

Voltaire écrivait : « Quiconque pense, fait penser. »

N’hésitez pas à susciter la parole de vos collègues, posez-leur des questions : « Et toi, que penses-tu de ce projet, de ce vote du CA ? »
Rien de plus salvateur que la parole libérée ! Vous découvrirez sans doute avec étonnement les opinions de collègues discrets, mais qui ne pensent pas moins. Les sujets abordés au CA ne sont pas tabous, bien au contraire.

Si un vote vous paraît déraisonnable, scandaleux, voire inique, demandez (avec d’autres collègues qui jugent la chose comme vous) des comptes aux collègues enseignants membres du CA : comment en sont-ils arrivés à ce résultat ? Se rendent-ils compte de ce que cela implique pour les collègues (ou les élèves) ? Vous n’êtes pas du tout d’accord. Exprimez votre avis posément, sans agressivité, mais avec conviction et des arguments solides.

S’ils se sentent investis et responsabilisés dans leurs démarches, les membres du CA réfléchiront davantage à leurs votes. Peut-être utiliseront-ils alors le vote d’abstention ou contre, et ne se feront pas ainsi le truchement de réformes parfois aberrantes.

Faire preuve de vigilance lors du Conseil Pédagogique

Avant le vote en CA, les différents sujets doivent être discutés en Conseil Pédagogique. Dans cette instance, le chef d’établissement peut demander à l’assemblée de voter, mais il faut savoir que ce vote est uniquement consultatif et ne saurait avoir force de loi. Il ne détermine donc pas le vote exprimé en CA. Néanmoins, les collègues membres du CA, en tant que représentants du personnel, pourront faire valoir vos arguments lors de la séance du CA et ainsi se positionner sur un (des) vote(s) – et seront à même de justifier ce(s) dernier(s) en s‘appuyant sur l’opinion que vous aurez exprimée.

Il est par conséquent primordial d’engager les discussions sur des sujets importants et de faire valoir son point de vue, toujours de façon courtoise, mais ferme : s’il sent une réflexion aboutie, voire une forme de résistance, chez les enseignants, le chef d’établissement se verra amener à plus de compromission.

Vous l’aurez compris, le Conseil d’Administration n’est pas une instance éthérée mais nous concerne tous. Que ce soit de près (en tant que membre actif : titulaire, suppléant) ou de loin, faites valoir votre liberté d’expression et d’opinion ! Vous contribuerez ainsi à des débats réellement démocratiques, dans l’intérêt de l’Ecole !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi